Sept anciens des Beaux-Arts de Paris franchissent le seuil de la Galerie du Crous

Les loufas de Célia Coëtte (fers à béton et huile sur loufas; dimensions variables; 2016) et Saut d’arbre de Martin Faure (huile sur toile, 160 x 130 cm, 2017).

Au-delà d’une formation aux Beaux-Arts de Paris, qui unit Célia Coëtte, Martin Faure, Alexandre Korzeniovski, Suni Prisco, Lucy Ralph, Tanguy Roussel et Théophile Stern, il y a la sensation que quelque chose les unit, une attraction qui devait tout logiquement se concrétiser par une exposition collective que donne à voir la Galerie du Crous de Paris du 6 au 17 février 2018.

Théophile Stern, Bâti (fer à béton, tôle acier, clous, tissu, plâtre, néon).

Au premier rang des liens qui réunissent les sept jeunes artistes, se trouve l’attention aux formes du quotidien, dont chacun s’empare pour en sublimer les débris ou en soulever les nœuds. Il s’agit toujours pour eux de faire se rencontrer des concepts et des objets qui n’auraient pas forcément été mis en relation. Ces rapprochements s’opèrent par la création d’une architecture des sensations, qu’elle soit physique, en composant les matières dans l’espace et les formes dans la toile, ou mentale, en s’appuyant sur des auteurs.

Alexandre Korzeniovski. Vers en pierre de terre (acier rouillé, livres exhumés, verres, pierres suspendues, dimensions variables, 2018) (détail).

Les œuvres présentées rue des Beaux-Arts relèvent de plusieurs durées. D’abord, il y a le temps accordé aux objets ou à leur création ; puis celle d’un récit hypothétique qui se placerait entre un événement qui a eu lieu et celui qui pourrait advenir. Dans chacune des pratiques des artistes réunis, il en résulte la sensation qu’un corps s’est absenté. On en perçoit la trace, les restes, au travers des objets présents, qui s’organisent dans des sortes de scénographies autonomes.

Lucy Ralph. Boire de Fausses Fontaines (huile et crayon sur toile, 140 x 110 cm, 2017).

Pour sortir de cette autonomie, Célia Coëtte, Martin Faure, Alexandre Korzeniovski, Suni Prisco, Lucy Ralph, Tanguy Roussel et Théophile Stern ont décidé de structurer la galerie comme un appartement habité par leurs œuvres. Un espace commun, un lieu domestique, une cohabitation où l’on passe entre leurs pratiques comme on passerait d’une pièce à l’autre. Ce passage pourrait alors être matérialisé par les seuils des portes, limite où coexiste encore l’espace d’avant et celui d’après.

Suni Prisco. Solution saline (coraux, grilles d’aération, résine; dimensions variables, 2018).

Comme le souligne le texte de présentation de l’exposition, le seuil c’est aussi, pour reprendre les mots de Vilém Flusser, « un point de convergence […] entre le grand royaume extérieur où s’accomplit la vie et le petit royaume intérieur où elle advient à elle-même ». C’est une façon pour les sept artistes, poursuit le texte, de rappeler à la suite de Gaston Bachelard que la maison « est cellule et monde » ; elle est intimité et onirisme, besoin de confort et désir de voyage, et qu’ainsi, en passant le seuil, l’échappatoire et l’ailleurs sont toujours proches.

« Réunir notre travail dans cet espace rendu intime devient alors – peut-être – la meilleure façon de s’extraire du monde pour en créer de nouveaux », concluent joliment Célia Coëtte, Martin Faure, Alexandre Korzeniovski, Suni Prisco, Lucy Ralph, Tanguy Roussel et Théophile Stern.

Publicités

Auteur : Les Amis des Beaux-Arts de Paris

Fondée en 2007, et présidée par agnès b, l’association Les Amis des Beaux-Arts de Paris, loi 1901, a pour vocation de soutenir le rayonnement de l’une des plus anciennes institutions parisiennes : l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris ( ENSBA) lieu bouillonnant et prestigieux situé au cœur de Saint-Germain-des-Prés. L’association apporte son soutien à la jeune création représentée par ses étudiants et ses anciens élèves au travers de prix, de bourses et d’aides diverses, comme le parrainage, le financement d’expositions, l’aide à l’édition de catalogue, à l’organisation d’expositions ou à la recherche d’ateliers, … Pour se développer l’association s’appuie sur ses adhérents qu’elle convie à de nombreuses visites et rencontres avec les acteurs de l’art contemporain, et sollicite plusieurs mécènes liés au monde de l’art.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s